first_imgUn match contrôlé certes mais assez stérilement, il faut le dire. Pétange nous ayant habitué à un autre spectacle depuis l’entame de cette saison. Si Hostert y est forcément pour quelque chose, la pelouse n’y est pas pour rien non plus.Par endroits, l’état du terrain est lamentable. (©Julien Carette)«Cela nous pénalise beaucoup»C’est d’ailleurs la première chose qu’on a vue en arrivant à Pétange ce dimanche : l’état du gazon du stade municipal. Avant même que l’arbitre ne donne le coup d’envoi, celui-ci faisait déjà bien de la peine à voir…«Et après les efforts des deux équipes en première période, cette pelouse s’est forcément encore un peu plus dégradée…», pestait ainsi Fangueiro. «Beaucoup de clubs ont des soucis avec leur terrain. On sait qu’on n’est pas les seuls. Mais avec une équipe qui aime et pratique un jeu de possession comme la nôtre, cela nous pénalise forcément beaucoup…» Effectivement… Et avec la météo annoncée pour cette semaine (beaucoup d’averses), on en vient à se demander dans quel état Pétange et le Fola trouveront cette même pelouse le week-end prochain pour ce qui sera l’affiche des 16e de finale de la Coupe. Sans parler des autres échéances à venir d’ici à la trêve mi-décembre…Ils s’entraînent sur un… demi-terrainComment ce qui était un vrai billard voici quelques mois peut désormais ressembler à une sorte de champ de patates ? Forcément, les regards se tournent vers une commune qui connaîtrait apparemment quelques soucis de tracteur. Et il se dit aussi que la personne qui s’occupait de ces terrains ne serait aujourd’hui plus là…«La commune nous a déjà beaucoup aidés. On possède trois terrains. Ils sont tous en herbe. Après, il nous faudrait aussi un synthétique…», reprenait un Fangueiro qui était bien obligé d’avouer que vu l’état des deux pelouses sur le site du stade municipal, son équipe s’entraîne depuis quelques semaines du côté de Lamadelaine. «Sur un demi-terrain vu que l’éclairage ne fonctionne plus partout depuis la tempête qui s’est abattue sur la région cet été…» Pour une équipe toujours en tête de la BGL Ligue et qui le restera encore au minimum trois semaines, cela fait forcément un peu désordre…Julien Carette Partager S’il l’a emporté, le leader pétangeois n’a guère été flamboyant dimanche. La faute à une combative équipe de Hostert, mais aussi à un terrain dans un état assez catastrophique…Il n’a fallu que neuf petites minutes pour voir le leader pétangeois prendre de l’avance au tableau d’affichage dimanche. Et ce, sur une magnifique action où une longue passe grandiose d’un Mounir Hamzaoui dans tous les bons coups trouvait dans l’espace Emir Bijelic. La demi-volée de ce dernier trompait Marc Pleimling, permettant à l’ancien Messin de 21 ans d’inscrire son tout premier but sous le maillot du Titus. Une (belle) phase de jeu… comme on n’en a plus vraiment vu pendant un bon bout de temps par la suite.«On a bien commencé, en marquant très tôt, dans les dix premières minutes. C’est la troisième ou quatrième fois que cela nous arrive. Ensuite, on a bien contrôlé. Notre adversaire n’a dû être dangereux qu’une petite fois sur la première période…», expliquait Carlos Fangueiro, l’entraîneur du Titus.last_img read more

Posted in ihodgrjg