first_imgÉlites et espoirs : 1. Scott Thiltges (LG Alzingen) en 53’26”; 2. Lex Reichling (VV Tooltime) 6″; 3. Loïc Bruetsch (Fra/Team Macadam’s Cowboy) 3’24”; 4. Raphaël Kockelmann (CCI Diffedange) 3’51”; 5. Sören Nissen (VC Diekirch) 4’07″…Dames : 1. Marie Schreiber (CT Aterdaul) en 38’20”; 2. Elise Maes (Torelli Assure) 1’41”; 3. Nina Berton (CT Aterdaul) 3’18” Le leader de la Skoda Cup a remporté ce dimanche le cyclo-cross de Warken devant Lex Reichling au terme d’une course haletante.C’est un signe qui ne trompait pas. Hier, au terme de leur course folle, Scott Thiltges et Lex Reichling, crottés de la tête au pied, exsangues et langues pendantes, se sont affalés à même la route. Ils restèrent ainsi prostrés de longues minutes. Et ne se relevèrent que lorsqu’ils avaient retrouvé un semblant de respiration.Les deux hommes venaient de se livrer une bataille âpre et sans merci. Ils étaient allés chercher au fond de leur réservoir la dernière goutte d’essence qui leur restait et dans ce duel haletant, indécis et très emballant pour le public, c’est Scott Thiltges qui venait de l’emporter.La tendance qui s’était dessinée dans le dernier tour venait de se confirmer. Mais franchement, après seulement 25 minutes de course et un peu plus de trois tours de circuit parcourus, on avait bien cru que Lex Reichling allait paisiblement croquer dans son quatrième succès consécutif, ce qui aurait été son troisième sur ces lieux après 2016 et 2017.L’instituteur diekirchois semblait en effet avoir signifié la fin de la récréation. Son attaque, fulgurante, dans l’ascension asphaltée du parcours, avait eu son effet puisque sur le coup, Scott Thiltges avait cédé une dizaine de secondes. «J’ai essayé d’attaquer mais lorsque j’ai revu Scott (Thiltges) derrière moi dans les escaliers, j’ai pris un coup. C’était tellement physique! Et la descente venait», rapportait après coup Lex Reichling.En effet, non seulement l’architecte du LG Alzingen ne lâchait pas d’un centimètre son rival, mais c’est lui qui sembla alors inverser la tendance. «Lex avait attaqué comme une fusée dans le troisième tour. Il s’agissait d’une partie très physique. Mais je suis revenu dans la partie technique, qui faisait également très mal. J’ai vu qu’il avait des problèmes. À ce moment-là, je savais que la course venait de s’ouvrir et que je pouvais l’emporter», confirmait Scott Thiltges.Des rivaux assez… complices!Bien malin quand même qui pouvait alors prédire ce qui allait advenir par la suite. Car chacun des deux hommes qui ne se quittaient alors plus d’une semelle, gardait des arguments. Sur le terrain, tout semblait se brouiller, se mélanger, comme cette boue qui collait à leurs savates.Le dernier tour fut d’une intensité rare. Lex Reichling essaya bien d’en remettre une dans la montée bitumée. Mais cette fois-ci Scott Thiltges se plantait littéralement dans sa roue, et mieux, partagea le relais. Histoire de le refroidir, de le faire douter un peu plus encore? «Dans la tête et dans les jambes, poursuivait Scott Thiltges, c’est toujours mieux d’avoir un peu d’avance. Là, on ne savait jamais où nous en étions. Nous étions deux en tête et personne ne prenait les devants.»Personne sauf lui, car dans le dernier tour, il veilla à rester maître de son destin. «J’ai attaqué dans le dernier tour et au sprint, je savais que ce serait difficile contre Lex, je devais virer en tête dans le dernier virage. Je suis content de revenir au top. Psychologiquement, cela va me faire du bien, je pense. Lorsque j’étais espoir, j’ai tellement galéré ici…», soufflait-il alors que de son côté, Lex Reichling louait les qualités de son rival, assez complice en définitive : «Le spectacle était garanti jusqu’à la fin. On s’est bien entendus jusqu’à la fin, même dans la précipitation du poste matériel. On s’est respectés, c’était un beau spectacle pour les spectateurs, on a tout donné jusqu’à la fin. Et la descente venait. Scott était le plus fort aujourd’hui…» Partagerlast_img read more

Posted in xyybvouo